Safety

Child Protection

Saskatchewan’s child protection laws are intended to promote the well-being of children “in need of protection.” Under child protection laws a child is any unmarried person under 16. When there are concerns surrounding the care provided to a child that could result in the child being in need of protection, services that are designed to maintain, support and preserve the family unit are offered to families. The goal of child protection services is to maintain children in their family home whenever possible and, if a child must be removed for their protection, to reunite families as soon as possible. In Saskatchewan, child protection services are provided by the Ministry of Social Services and by First Nations Child and Family Services Agencies (FNCFS). FNCFS agencies provide services to First Nations children and families living on-reserve. In this material Social Services and FNCFS agencies are called agencies.

In Need of Protection

Circumstances that may result in a child being found to be in need of protection include:
  • Physical abuse — any action, including physical discipline, which causes injury to the child’s body
  • Sexual abuse — any action that involves a child in any sexual activity including sexual touching, exposure to sexual activity, using a child in the making of/or viewing pornography, and/or involving a child in prostitution
  • Emotional mistreatment — expecting a child to be able to do things he or she cannot do, embarrassing or insulting a child, making hurtful comments about a child’s appearance, intelligence, size, ability, etc.
  • Neglect — failing to provide a child with enough proper food, clothing, shelter, health care, or supervision
Anyone who has reasonable grounds to believe a child is in need of protection must report it to the police or a child protection agency, such as Social Services or FNCFS, immediately. If a report is made out of concern for a child, the person making the report is protected from legal action even if the child is found to not be in need of protection. Deliberately making a false report could, however, result in legal consequences. A person reporting suspected abuse or neglect is not required to provide their name. If the person reporting does provide their name, this information remains confidential. However, if the matter proceeds to court the name of the person reporting the abuse can no longer be kept confidential.

Investigations

Child protection workers are required to investigate reports of child abuse and neglect. The purpose of the child protection investigation is to determine whether a child is at risk of abuse or neglect and to determine how to keep the child safe. If a child is found to be in need of protection, the child protection worker will offer family services to help the family provide a safe environment for the child. At times, child protection workers and police conduct joint investigations where allegations of abuse could result in criminal charges (primarily instances of physical or sexual abuse). When deciding what services are required to ensure the safety of the child, the agency will consider the likelihood of future abuse or neglect, the family’s willingness to accept supports and services and the family’s ability to ensure the safety of the child. Whenever possible the child will remain in the family home.

Removal of a Child

In some cases it may be necessary to have the child live apart from their family while the agency works with the family to develop a plan to address child protection concerns. A child can be placed in care of the agency in two ways:
  • voluntary agreement (known as a Residential Services Agreement), where the family accepts services and agrees to have the child cared for outside of the home for a set period of time
  • apprehension where the family does not agree with the child being placed outside the home but the agency has determined the child would be at-risk of neglect or abuse if they remained in the home
In cases where children are apprehended and remain in care for more than 48 hours, the agency is required to make an application to court for a child protection hearing. If a child protection agency removes a child the family must be:
  • advised of the reasons for the decision to remove the child
  • provided with contact information for the child protection worker assigned to the case
  • offered services that could help to have the child returned to the home
  • informed that it is advisable to consult a lawyer (See Getting Legal Help for information on finding a lawyer and options if you cannot afford a lawyer.)
A child who is removed must be returned to their family as soon as it is safe to do so. Families have the right to ask questions about their child and their case, and to participate with services that would reduce risk in order to have the child returned to their care. If a child is removed from their home they can be cared for in a relative’s home or foster care. If the child is in need of medical attention they may be taken to a hospital. Families are entitled to regular visitation with their child unless there are severe safety concerns or the court has ordered that there be no contact.

Return of the Child

After the investigation, if the child is found to be in need of protection, the child may either remain in the home with supports and services in place, or the child may be placed in care through a Residential Services Agreement or by apprehension. Following the removal of a child, if safety threats that caused the child to be in need of protection no longer exist, the agency may return the child with a safety plan in place to address any remaining safety concerns. Even when a child has been removed from the home and there is going to be a protection hearing, the agency is still required to continue their efforts to provide supports and services to the family that would allow for the child to be safely returned home. Family supports and services could include counseling, intensive in-home support services or participating with a parent-aide.

Protection Hearings

Where a child has been apprehended, and cannot be returned to their home within 48 hours, the agency must apply to a court for a protection hearing within 7 days (not including the day of apprehension). This type of hearing must begin within 14 days of when the child was apprehended. Once a court date for a protection hearing has been set, each parent is provided with a ”Notice of Hearing” that includes the date, time, location of the hearing, why the child is considered to be in need of protection and what type and length of court order the agency is asking for. Each parent must receive three clear days notice of the Protection Hearing. The day the notice is received and the day of the hearing are not counted towards the three days clear notice. If the child is a registered member of a band or is entitled to be a registered member of a band, the FNCFS agency that represents the child’s band is also notified. Parents can have a lawyer to assist them at the protection hearing. See Getting Legal Help for more information. In some cases the Counsel for Children program may appoint a lawyer for a child or youth who is involved with the Ministry of Social Services or First Nations Child and Family Services agencies in proceedings under The Child and Family Services Act. The appointed lawyer ensures a child’s or youth’s voice is heard in child protection proceedings. The program can be accessed by court order or by referral from someone who knows the child or youth.

Persons of Sufficient Interest

Members of the child’s extended family, the chief of a band the child belongs to and any person who has a close connection to the child can ask the court to be designated as a person of sufficient interest. Once someone is found to be a person of sufficient interest they can participate in the protection hearing and can also ask to have the child placed with them. If a person of sufficient interest is asking the court to have the child placed with them, the court will usually request a home-study. The home-study is usually completed by a child protection worker and includes an assessment of the home environment as well as things like criminal record and reference checks.

First Step

The case will usually be heard first in Chambers. Chambers is a court room. The agency will prepare an Affidavit which is filed with the court. An Affidavit is a written document that sets out the facts of the case. The Affidavit will describe the circumstances that resulted in the child being in need of protection and include recommendations for services that would assist the parent(s) in reducing risk factors that could allow for a child’s return home. A parent is entitled to review the Affidavit before the Chambers appearance. If a parent does not have a lawyer they will be asked to go to the agency’s office to read these materials. Parents who do not agree with the recommendations, type or length of order being sought by the agency do not usually need to prepare their own Affidavit. If parents do not agree with what the agency is planning for their child it is very important to attend court and voice their objections. In this case, the court will usually set another court date for what is called a pre-trial conference. A pre-trial conference is held in a court room with a judge, the agency and the parents. At the pre-trial the case will be discussed and the parents and the agency may be able to agree on a plan of care for the child. If there is no agreement following the pre-trial conference, the judge may set the matter for a trial.

Alternatives to Trial

There are ways to settle a child protection matter without proceeding to trial even if the family and the agency do not agree on a plan for the child. A mediator can be assigned to work with the parties to arrive at a solution that the family and the agency can agree upon. Other methods used to resolve child protection matters include the use of Talking Circles or Family Case Conferencing. Some jurisdictions within Saskatchewan have used an OPIK system (OPIK is a panel of three Elders who engage with all parties for the purpose of making recommendations regarding the child’s best interests) to help guide the courts in decision making.

Evidence

Should the matter proceed to a trial, there are a number of ways in which evidence can be provided to the court. The court can hear oral testimony of witnesses (parents, caseworkers, supervisor, specialists, community supports) and/or written evidence put in an Affidavit. Depending on the age of the child, the court may want to hear the wishes of the child. Often evidence of the child will be heard without having to testify in court. Evidence in a protection hearing is not the same as evidence in a criminal case. A court could find a child to be in need of protection even if a parent is not found guilty of a criminal charge relating to the incident (such as a physical assault). Courts can also consider what is called hearsay evidence if the court finds that the evidence is credible and trustworthy and it would not be in the best interests of the child to testify about the event themselves. Hearsay is when someone testifies about something they do not have direct knowledge about but rather heard from another person. For example, the court might allow someone to testify about what the child told them, rather than have the child personally testify.

Decision

It can be several weeks after the protection hearing before the court will make a decision. The court will determine, based on the evidence, if the child is in need of protection. If the court decides the child is not in need of protection the child will be immediately returned to the parent. If the court finds the child is in need of protection the judge may order that the child be: The court can place terms and conditions on any of these orders. For example, if a child is returned to their family the court may require the agency to supervise the child’s care. The court can also give someone, who the child is not living with, access to the child. If the court finds that none of the above orders would be appropriate they can have the child permanently placed in the care of the agency. Once the court has issued the order, a copy will be provided to the parents by either their lawyer or the agency caseworker. When making an order, the court must consider the best interests of the child. In doing this the court will consider…
  • the quality of the relationships that the child has with any person who may have a close connection with the child
  • the child’s physical, mental and emotional level of development
  • the child’s emotional, cultural, physical, psychological and spiritual needs
  • the home environment proposed to be provided for the child
  • the person the agency is proposing will look after the child and their plans for the care of the child
  • where practicable, the child’s wishes, having regard to the age and level of the child’s development
  • the importance of continuity in the child’s care and the possible effect on the child of disruption of that continuity, and
  • the effect on the child of a delay in making a decision.
The court and any agency arranging for a placement of a child outside of their home must consider whether it is possible to place the child with extended family and must, where it is practical, keep the child in an environment that is consistent with the child’s cultural background. Unless a child has been permanently placed in the agency’s care and adopted or placed for adoption, parents or the agency can apply to have an order changed or ended.

Quiconque a des motifs raisonnables de croire qu’un enfant a besoin de protection doit le signaler immédiatement à la police ou à un organisme de protection de l’enfance, tel que les Services sociaux ou les Services à l’enfance et à la famille des Premières Nations. Lorsqu’une personne craignant pour la sécurité d’un enfant fait un signalement, elle est protégée de toute poursuite, et ce, même si finalement l’enfant n’avait pas besoin de protection. Le fait de faire délibérément un signalement mensonger pourrait cependant avoir des conséquences juridiques.

La personne qui signale un cas soupçonné de maltraitance ou de négligence n’a pas à fournir son nom. Si elle décide de donner son nom, cette information demeure confidentielle. Cependant, si la question se rend devant les tribunaux, le nom de la personne ayant signalé la maltraitance ne peut plus être tenu confidentiel.

Enquêtes

Les travailleurs des organismes de protection de l’enfance doivent enquêter sur les signalements de maltraitance ou de négligence d’enfant. Le but d’une enquête des organismes de protection de l’enfance consiste à établir si un enfant est à risque de violence ou de négligence, et de déterminer la façon d’assurer la sécurité de l’enfant. S’il est établi qu’un enfant a besoin de protection, le travailleur de l’organisme de protection de l’enfance offrira à la famille des services pour l’aider à fournir un milieu sécuritaire pour l’enfant. Il arrive parfois, lorsque des allégations de maltraitance pourraient déboucher sur des accusations criminelles (principalement dans des cas de violence physique ou d’abus sexuel), que les travailleurs de l’organisme de protection de l’enfance et la police mènent des enquêtes conjointes.

Afin de décider quels services sont requis pour assurer la sécurité de l’enfant, l’organisme tiendra compte de la probabilité de violence ou de négligence futures, de la volonté de la famille à accepter du soutien et des services, et de la capacité de la famille à assurer la sécurité de l’enfant. Lorsque possible, l’enfant restera dans le foyer familial.

Retrait d’un enfant

Dans certains cas, il peut être nécessaire que l’enfant vive à part de sa famille pendant que l’organisme travaille avec celle-ci à l’élaboration d’un plan pour résoudre les préoccupations relatives à la protection de l’enfant. Un enfant peut être placé de deux façons :

  • Accord volontaire (ce qu’on appelle un accord de services d’hébergement), où la famille accepte les services et consent à ce que l’enfant réside à l’extérieur du foyer familial pour une période de temps déterminée;
  • Appréhension, où la famille ne consent pas à ce que l’enfant soit placé à l’extérieur du foyer, mais où l’organisme a déterminé que l’enfant serait à risque de violence ou de maltraitance s’il y restait.

Dans les cas où les enfants sont appréhendés et demeurent placés plus de 48 h, l’organisme est tenu de présenter une requête pour une audience portant sur la protection d’un enfant. Si l’organisme de protection de l’enfance retire un enfant, la famille doit :

  • Être informée des raisons motivant la décision de placer l’enfant;
  • Recevoir les coordonnées du travailleur de l’organisme de protection de l’enfance assigné au dossier;
  • Recevoir des services qui pourraient l’aider à faire en sorte que l’enfant revienne à la maison;
  • Être informée qu’il est conseillé de consulter un avocat (voir la section Obtenir de l’aide juridique pour plus de renseignements sur la façon de trouver un avocat et les options possibles si vous n’avez pas la capacité financière de faire affaire avec un avocat).

Un enfant qui est placé doit retourner dans sa famille dès qu’il est jugé sécuritaire de le faire. Les familles ont le droit de poser des questions au sujet de leur enfant et de leur dossier, et de recevoir des services qui réduiraient les risques afin que leur enfant puisse revenir à la maison.

Si un enfant est retiré du foyer familial, il peut être placé dans la maison d’un membre de la famille ou dans un foyer d’accueil. Si l’enfant a besoin de soins médicaux, il pourra être amené à l’hôpital. Les familles sont autorisées à visiter régulièrement l’enfant, sauf s’il y a des craintes sérieuses quant à sa sécurité ou si le tribunal a ordonné que la famille n’ait aucun contact avec l’enfant.

Retour de l’enfant

Après l’enquête, s’il est établi que l’enfant a besoin de protection, il pourra soit rester dans le foyer familial avec des services et du soutien en place, soit être placé au moyen d’un accord de services d’hébergement ou par appréhension. À la suite du retrait de l’enfant, si les menaces à la sécurité de l’enfant qui avait fait en sorte que celui-ci ait besoin de protection n’existent plus, l’organisme pourra organiser le retour de l’enfant, avec un plan en place visant à régler toutes craintes relatives à sa sécurité.

Même si un enfant a été retiré du foyer familial et qu’une audience portant sur la protection de l’enfant est prévue, l’organisme doit tout de même poursuivre ses efforts visant à offrir à la famille du soutien et des services qui permettraient le retour de l’enfant en toute sécurité. Le soutien et les services offerts aux familles pourraient comprendre du counselling, des services de soutien intensifs à domicile ou la participation à Parent Aide.

Audience portant sur la protection de l’enfant

Lorsqu’un enfant a été appréhendé et qu’il ne peut être retourné dans son foyer dans les 48 heures, l’organisme doit présenter une requête pour une audience portant sur la protection de l’enfant dans les 7 jours (sans compter le jour de l’appréhension). Ce type d’audience doit débuter dans les 14 jours suivant l’appréhension de l’enfant.

Lorsqu’une date d’audience a été fixée, chaque parent reçoit un avis d’audience qui indique la date, l’heure et le lieu de l’audience, la raison pour laquelle l’enfant est considéré comme ayant besoin de protection, de même que le type d’ordonnance demandé par l’organisme et sa durée.

Chaque parent doit recevoir un avis de trois jours francs avant l’audience de protection. Le jour où l’avis est reçu et le jour de l’audience ne sont pas compris dans l’avis de trois jours francs. Si l’enfant est membre inscrit d’une bande ou s’il a le droit d’être un membre inscrit d’une bande, l’organisme des Services à l’enfance et à la famille des Premières Nations qui représente la bande de l’enfant est également avisé.

Les parents peuvent avoir un avocat pour les assister à l’audience de protection portant sur la protection de l’enfant. Pour en savoir plus à ce sujet, consultez la section Obtenir de l’aide juridique. Dans certains cas le programme Counsel for Children (en anglais) pourrait nommer un avocat pour un enfant ou un jeune qui est impliqué dans une instance avec le ministère des Services sociaux ou les Services à l’enfance et à la famille des Premières Nations en vertu de la Child and Family Services Act. L’avocat nommé veille à faire entendre la voix de l’enfant ou du jeune pendant la procédure. Il est possible d’accéder au programme par ordonnance ou par recommandation d’une personne qui connaît l’enfant ou le jeune.

Personnes ayant un intérêt suffisant

Les membres de la famille étendue de l’enfant, le chef de la bande dont fait partie l’enfant et toute personne ayant un lien étroit avec l’enfant peuvent demander au tribunal d’être désignés comme personnes ayant un intérêt suffisant. Lorsque quelqu’un est désigné personne ayant un intérêt suffisant, il peut participer à l’audience portant sur la protection de l’enfant et peut aussi demander à ce que l’enfant soit placé chez lui.

Si une personne ayant un intérêt suffisant demande au tribunal à ce que l’enfant soit placé chez elle, le tribunal exigera habituellement une étude du milieu familial. L’étude du milieu familial est habituellement réalisée par un travailleur d’un organisme de protection de l’enfance et comprend une évaluation du milieu familial, de même que des éléments tels que la vérification du casier judiciaire et des références.

Première étape

La cause sera habituellement entendue en cabinet. Le cabinet est une salle d’audience. L’organisme préparera un affidavit qui sera déposé au tribunal. Un affidavit, aussi appelé déclaration sous serment, est une déclaration écrite qui établit les faits d’une cause. L’affidavit décrira ici les circonstances qui ont donné lieu à ce que l’enfant ait besoin de protection et comprendra les recommandations de services qui pourraient aider le ou les parents à réduire les facteurs de risque de manière à permettre le retour de l’enfant dans le foyer familial.

Un parent a le droit de passer en revue l’affidavit avant la comparution en cabinet. Si un parent n’a pas d’avocat, il devra se présenter au bureau de l’organisme pour lire ces documents.

Les parents qui ne sont pas d’accord avec les recommandations, le type d’ordonnance demandée par l’organisme ou sa durée n’ont pas habituellement à préparer leur propre affidavit. Cependant, si les parents ne sont pas d’accord avec ce que l’organisme prévoit pour leur enfant, il est très important qu’ils se présentent au tribunal et expriment leurs objections. Dans ce cas, le tribunal fixera habituellement une autre date d’audience pour ce que l’on appelle la conférence préparatoire au procès. Une conférence préparatoire au procès se tient dans une salle d’audience avec un juge, le ou les représentants de l’organisme et les parents. Lors de la conférence préparatoire au procès, les parties discuteront de la cause, et les parents et l’organisme pourraient en arriver à s’entendre sur un plan de soin pour l’enfant. Si la conférence préparatoire au procès ne mène à aucun accord, le juge pourra fixer la tenue d’un procès.

Options autres qu’un procès

Il existe d’autres moyens de régler une question concernant la protection d’un enfant sans passer par un procès, même si la famille et l’organisme ne s’entendent pas sur un plan pour l’enfant. Un médiateur peut être assigné pour travailler avec les parties afin d’en arriver à une solution qui convient à la famille et à l’organisme. Parmi les autres méthodes utilisées pour résoudre les questions de protection de l’enfant, notons le recours aux cercles de la parole et aux conférences familiales. Certaines collectivités publiques en Saskatchewan ont aussi utilisé le système OPIK (OPIK est un panel de trois aînés qui s’entretient avec toutes les parties dans le but de faire des recommandations relatives à l’intérêt supérieur de l’enfant) afin d’aider les tribunaux à prendre des décisions.

Preuve

Si l’affaire fait l’objet d’un procès, il existe plusieurs façons de présenter la preuve en cour. Le tribunal peut entendre le témoignage oral des témoins (parents, travailleurs de l’organisme de protection de l’enfance assignés au cas, spécialistes, personnes-ressources de la communauté) et/ou recevoir une preuve écrite sous la forme d’un affidavit. Selon l’âge de l’enfant, le tribunal pourrait vouloir entendre les souhaits de l’enfant. Souvent, la preuve de l’enfant sera entendue sans qu’il ait à témoigner en cour.

La preuve dans une audience portant sur la protection de l’enfant n’est pas la même que dans une cause criminelle. En effet, le tribunal pourrait statuer que l’enfant a besoin de protection, même si aucun parent n’est trouvé coupable d’une infraction criminelle reliée à l’incident (une voie de fait, par exemple).

Le tribunal pourrait également tenir compte de ce que l’on appelle la preuve par ouï-dire, s’il conclut que la preuve est crédible et digne de foi, et qu’il ne serait pas dans l’intérêt supérieur de l’enfant de témoigner lui-même au sujet de l’événement. On appelle preuve par ouï-dire le témoignage d’une personne portant sur quelque chose dont elle n’a pas la connaissance directe, mais dont elle a plutôt entendu parler par une autre personne. Par exemple, le tribunal pourrait demander à quelqu’un de témoigner au sujet de ce que l’enfant lui a dit, au lieu de demander à l’enfant de témoigner en personne.

Décision

Après l’audience portant sur la protection de l’enfant, plusieurs semaines peuvent s’écouler avant que le tribunal ne prenne une décision. Le tribunal déterminera, en se fondant sur la preuve, si l’enfant a besoin de protection. Si le tribunal décide que l’enfant n’a pas besoin de protection, ce dernier retournera immédiatement chez ses parents.

Si le tribunal conclut que l’enfant a besoin de protection, le juge pourra ordonner que l’enfant :

Le tribunal peut fixer des conditions à ces ordonnances. Par exemple, si l’enfant retourne dans sa famille, le tribunal pourrait exiger que l’organisme supervise le soin de l’enfant. Le tribunal peut également donner accès à l’enfant à une personne qui n’habite pas avec lui.

Si le tribunal conclut qu’aucune des ordonnances ci-dessus ne serait appropriée, il peut ordonner que l’enfant soit placé de façon permanente aux soins de l’organisme.

Lorsque le tribunal aura délivré son ordonnance, une copie sera remise aux parents soit par leur avocat, soit par le travailleur de l’organisme de protection de l’enfance.

Lorsqu’il délivre une ordonnance, le tribunal doit prendre en considération l’intérêt supérieur de l’enfant. Pour ce faire, le tribunal tiendra compte :

  • De la qualité de la relation que l’enfant entretient avec toute personne dont il est proche;
  • Du niveau de développement physique, mental et affectif de l’enfant;
  • Des besoins affectifs, culturels, physiques, psychologiques et spirituels de l’enfant;
  • Du milieu familial proposé qui sera fourni à l’enfant;
  • De la personne proposée par l’organisme pour veiller sur l’enfant et les plans pour le soin de l’enfant;
  • Lorsque possible, du souhait de l’enfant, en tenant compte de l’âge et du niveau de développement de l’enfant;
  • De l’importance de la continuité dans les soins de l’enfant et des répercussions possibles sur l’enfant d’une perturbation de cette continuité;
  • Les répercussions sur l’enfant d’un retard dans la prise d’une décision.

Le tribunal et tout organisme qui prennent des dispositions pour placer un enfant à l’extérieur du foyer familial doivent considérer s’il est possible ou non de placer l’enfant dans sa famille élargie et doivent, lorsque possible, garder l’enfant dans un milieu qui est compatible avec le cadre culturel de l’enfant.

À moins que l’enfant n’ait été confié de façon permanente aux soins de l’organisme et n’ait été adopté ou mis en adoption, les parents ou l’organisme peuvent faire une requête pour faire modifier ou annuler l’ordonnance.