Safety

Abuse and Family Law Issues

People leaving an abusive relationship face unique challenges when trying to resolve family law issues. Fair negotiations to reach an agreement may not be possible when there has been abuse. Abuse may also impact issues such as spousal support and custody/access. There are some particular family law orders that may help individuals dealing with an abusive situation.

Agreements and Abuse

Negotiating an agreement when there has been abuse can be difficult. A person who has suffered abuse may find it very difficult to be in the same room with the abuser and they may not have equal bargaining power. Abusers often have considerable power and control over their victims. It can be very hard for fair negotiation to take place. There are however options for negotiation where the parties do not have to be in the same room and other supports for victims of abuse that can make negotiation of an agreement possible. When there has been abuse it is very important that victims not sign anything without getting legal advice from their own lawyer and support they need throughout the process. For more information on how to reach an agreement see Options for Reaching an Agreement.

Spousal Support and Abuse

Although spousal misconduct itself is not a factor to be considered when deciding whether to order spousal support or the amount, it will be relevant if it has affected the abused spouse’s ability to for example, earn an income.
There is, of course, a distinction between the emotional consequences of misconduct and the misconduct itself. … If, for example, spousal abuse triggered a depression so serious as to make a claimant spouse unemployable, the consequences of the misconduct would be highly relevant (as here) to the factors which must be considered in determining the right to support, its duration and its amount. The policy of the 1985 Act however, is to focus on the consequences of the spousal misconduct not the attribution of fault. Supreme Court of Canada in Leskun v. Leskun

Custody/Access and Abuse

In deciding custody/access courts consider the best interests of the child. Past conduct of a parent is not considered relevant unless it affects the ability of that person to parent the child. Abusive behaviour, depending on the circumstances, could be considered to affect a person’s ability to be a good parent. Most people understand the devastating consequences of child abuse. Abuse between parents, even though it is not directed at the children, also impacts the children. People who abuse the other parent may be more likely to abuse their child. Babies are at risk for being dropped or accidently injured during abuse. An abusive parent may use the child to intimidate or control the other parent and may even in some serious cases abduct or harm the child. Children who witness abuse between their parents are often terrified by it and do not understand what is happening. Even children who do not witness the abuse are affected by living in a home where it is present. Children who live in homes where there is abuse may have behavioural problems and low self-esteem and may be at risk to abuse or be abused in their relationships later in life. Abused parents themselves may suffer from low self-esteem and depression. Abusive behaviour can influence many aspects of custody decisions including the weight to be given to a child’s wishes when they want to live with the abusive parent and whether custody arrangements that require continuing cooperation between the parents are appropriate.

Court Orders

Restraining Orders

You can ask the court for a restraining order as part of a family law court case. The court can order the other party to stay away from you and/or any children, if you explain in your evidence why you need this kind of order. A restraining order can be enforced by the police. A restraining order can be a good option if you are already involved in a family law case and you do not need immediate help. If a case has not been started or you need help quickly a Peace Bond or an order under The Victims of Domestic Violence Act may be a better option.

Possession of the Home

Under Saskatchewan law married couples and couples who have lived together as spouses for two years or more have family property rights. They can ask the court for exclusive possession of the family home. This allows one spouse to stay in the home. Courts will consider things like the conduct of the spouses towards each other and what is best for any children in deciding whether to make this order. Exclusive possession orders can be for a set period of time or for an unspecified length of time. The order can be changed if the circumstances change. For more information see Exclusive Possession. It takes time to go to court and get this kind of order. If you need immediate possession see the information on The Victims of Domestic Violence Act.

Supervised Access/Exchange

Although seeing both parents is generally considered to be in the best interests of a child, where one parent is abusive towards the other parent special considerations may apply. If a parent is concerned about a child’s safety they may wish to request that the other parent’s access to the child be supervised. If parents are not likely to be able to safely facilitate access directly because of violence or hostility issues between themselves, supervised exchanges may be an option. For more information see Access.

Il existe évidemment une distinction entre les conséquences émotionnelles d’une faute et la faute elle-même. …Lorsque, par exemple, la violence conjugale a causé un état dépressif grave au point de rendre l’époux requérant inapte au travail, les conséquences de la faute sont particulièrement pertinentes (comme en l’espèce) en ce qui concerne les éléments à prendre en considération pour décider du droit à une pension, de la durée de son versement et de son montant. Or, l’objectif de la Loi de 1985 était que l’accent soit mis sur les conséquences de la faute de l’époux, et non sur l’attribution d’une faute.

Cour suprême du Canada dans l’affaire Leskun c. Leskun

Relations de violence et garde/accès

Afin de prendre une décision en matière de garde et d’accès, le tribunal doit considérer l’intérêt supérieur de l’enfant. Le comportement passé d’un parent n’est pas considéré comme pertinent, à moins qu’il ne nuise à la capacité de cette personne à jouer son rôle de parent auprès de l’enfant. Selon les circonstances, un comportement violent pourrait être considéré comme nuisant à la capacité de la personne à être un bon parent.

La plupart des gens comprennent les conséquences dévastatrices de la violence envers les enfants. Cependant, la violence entre parents, même si elle n’est pas dirigée directement vers les enfants, a également des conséquences sur eux. De plus, les personnes qui sont violentes envers leur conjoint pourraient être plus susceptibles d’être violentes envers leur enfant. Les bébés courent le risque d’être échappés ou frappés accidentellement dans les situations de violence. Un parent violent pourrait se servir de l’enfant pour intimider ou contrôler l’autre parent et même, dans des cas graves, enlever l’enfant ou lui faire du mal.

Les enfants qui sont témoins de situations de violence entre leurs parents sont souvent terrifiés et ne comprennent pas ce qui se passe. Même les enfants qui ne sont pas témoins des gestes violents subissent les effets négatifs de vivre dans un foyer où la violence est présente. Les enfants qui vivent dans un foyer où il y a de la violence peuvent développer des troubles de comportement. Ils peuvent avoir une faible estime d’eux-mêmes et être à risque d’être violents ou d’être victimes de violence dans leurs relations une fois adultes. Les parents victimes de violence peuvent eux-mêmes avoir une faible estime d’eux-mêmes et souffrir de dépression.

Le comportement violent peut influencer de nombreux aspects des décisions relatives à la garde, notamment l’importance à accorder aux souhaits d’un enfant lorsqu’il veut habiter avec le parent violent et le caractère approprié ou non des arrangements de garde qui exigent une coopération suivie entre les parents.

Ordonnances

Ordonnance de protection

Vous pouvez faire une requête pour l’obtention d’une ordonnance de protection dans une cause de droit familial. Le tribunal peut ordonner à l’autre partie de ne pas vous approcher et/ou de ne pas approcher vos enfants, si vous expliquez dans votre preuve les raisons pour lesquelles vous avez besoin de ce genre d’ordonnance. Une ordonnance de protection peut être exécutée par la police. Ce type d’ordonnance peut s’avérer une bonne option si vous êtes déjà impliqué dans une affaire de droit de la famille et que vous n’avez pas besoin d’aide immédiate. Si aucune procédure n’a encore été initiée ou si vous avez besoin d’aide rapidement, le recours à un juge de paix ou à une ordonnance en vertu de la Victims of Domestic Violence Act pourrait être des moyens plus appropriés.

Possession du foyer familial

En vertu des lois de la Saskatchewan, les couples mariés et les personnes qui vivent ensemble en tant que conjoints depuis au moins deux ans disposent de droits en matière de biens familiaux. Ces personnes peuvent demander au tribunal d’obtenir la possession exclusive du foyer familial. Cette ordonnance permet à un seul conjoint d’habiter dans le foyer familial. Afin de décider de délivrer cette ordonnance, le tribunal prendra en considération des facteurs tels que le comportement des conjoints l’un envers l’autre et l’intérêt supérieur des enfants s’il y a lieu. Les ordonnances de possession exclusive peuvent être émises pour une période de temps établie ou pour une durée indéterminée. L’ordonnance peut être modifiée lorsque les circonstances changent. Pour en savoir plus à ce sujet, consultez la section Possession exclusive du foyer familial.

Cependant, les démarches au tribunal pour obtenir ce type d’ordonnance prennent du temps. Si vous avez besoin d’avoir immédiatement la possession exclusive du foyer, consultez les renseignements contenus dans la section The Victims of Domestic Violence Act.

Accès ou échange surveillés

Bien que le fait de voir ses deux parents soit généralement considéré comme étant dans l’intérêt supérieur de l’enfant, des considérations particulières s’appliquent lorsqu’un des parents est violent envers l’autre. Si un parent craint pour la sécurité de son enfant, il peut présenter une requête pour que l’accès de l’autre parent à l’enfant soit surveillé. De plus, s’il est peu probable que les parents soient en mesure de faciliter l’accès directement de manière sécuritaire à cause de comportements violents ou hostiles entre eux, des échanges surveillés peuvent être coordonnés. Pour en savoir plus à ce sujet, consultez la section Accès.